Enfants, comment leur donner le goût à tout


Le goût est un sens qu’il est difficile de développer lorsqu’on est enfant. Quelques astuces vont vous permettre de faire connaitre, peut-être même de faire apprécier, à votre enfant toute une multitude de produits dont vous n’auriez jamais réver qu’il soit possible de lui faire goûter.


Votre enfant milite pour les coquilettes jambon et le yaourt biscuit ? Ce n’est ni un drame ni une fatalité

Pas de panique ! Le trop fameux J’aime pas ça avant même d’avoir gouté, est tout à fait normal. C’est un phénomène qu’on appelle la néophobie, et qui consiste à avoir peur d’ingurgiter des aliments que l’on ne connait pas. Jusqu’à 18 mois, l’enfant a tendance à manger de tout. Passé cet age, les choses se compliquent, en même temps que la rupture avec la maman se produit. L’enfant prend du recul et commence à prendre ses propres décisions. Le degré de néophobie varie beaucoup selon la sensibilité aux odeurs à la vue et au toucher. Ces appréhension vis à vis des nouveaux aliments, qui durent à peu près jusqu’à 11 ans, s’estompent spontanément, à condition que vous jouiez votre rôle dans son apprentissage gustatif.

Privilégiez les aliments simples

Ce n’est pas que votre brandade de morue et sa sauce aux airelles ne soient pas adaptées, mais presque... Commencez par le commencement, à savoir des aliments simples. Ce terme désigne les denrées n’ayant subi aucune transformation. L’enjeu est aussi simple qu’important : le cheminement alimentaire se fait plus facilement du simple au compliqué que en sens inverse. Il prend goût aux frites ? Allez ensuite lui faire aimer les pommes de terre vapeur.

Rassurez votre enfant

En vous aidant à dresser une jolie table, l’enfant restitue le repas dans un temps de partage,. En ayant le choix entre viande et poisson il se trouve impliqué dans son alimentation et ne la perçoit
pas comme une obligation. En vous voyant vous régaler de poireaux, il est rassuré quant à vos cervitudes sur la saveur de ce légume. Repères familiaux riment souvent avec repères alimentaires.

Impliquez le

Pour lui permettre de s’approprier les aliments qu’il redoute, essayez de trouver une approche différente. Vous pouvez par exemple lui proposer de participer à la préparation du repas, lui faire deviner à base de quel légume est composée sa soupeou encore lui montrer dans un potager comment poussent les carottes... Le tout pour lui prouver que les primeurs ne poussent pas dans les bacs en plastique de supermarché.

Persévérez, ne baissez pas les bras

En matière d’éducation au goût, l’erreur la plus importante consisterait à conclure dès le premier refus que l’enfant n’aime pas l’aliment proposé. Il a été prouvé que si l’on a tendance une fois adulte à continuer à aimer ce que l’on appréciait jeune, le réciproque n’est pas vraie : les gouts évoluent, comme en témoigne certainement le café que vous n’auriez pas pu boire au biberon. Insistez proposez de nouveau, faites preuve de patience : demain est un autre jour pour les papilles de Votre enfant.

Réduisez les aliments auxquels ils sont accros

Autrement dit tous ceux dont il dit ne pas pouvoir se passer. Pourquoi ? Pas pour le punir, bien sûr, mais parce que vos enfants ont tendance à verrouiller le goût et à fermer la porte à de nouvelles saveurs.