Où en est votre compte en banque émotionnel ?



Stephen Covey, auteur de l’ouvrage Les sept habitudes de ceux qui réalisent tout ce qu’ils entreprennent aborde ce concept tout simple et si puissant. La caisse de dépôt émotionnelle est une analogie simple qui s’appuie sur le compte bancaire. Nous avons un compte en banque financier et nous avons un compte en banque émotionnel. Etonnant : nous pouvons constater que l’un et l’autre se gèrent de la même manière. Si je suis un peu près de mes "sous", il est possible que j’aie des difficultés à donner en amitiés. Si je suis "portefeuille ouvert" et toujours rapide sur la balle pour acheter tout et rien, peut-être suis-je entourée de beaucoup de personnes et dois-je faire le tri ? Certains ont toujours l’argent nécessaire et sont bien entourés, d’autres n’ont jamais le sou et jettent leurs amis les uns après les autres sans respect (c’était une parenthèse : revenons-en à nos moutons)... Cette réserve invisible accumule les interactions positives. Elles augmentent la confiance en nous et nourrissent notre manière d’entrer en relation. Lorsque nous agissons avec respect et honnêteté à l’égard d’une personne, lorsque nous respectons nos engagements, lorsque nous lui prêtons l’attention à laquelle elle a droit, lorsque nous la reconnaissons tout simplement, nous opérons un dépôt sur son compte en banque relationnelle... mais nous déposons aussi les intérêts sur notre propre compte en banque. N’est-on pas grandi lorsque l’on permet à l’autre de grandir ? Plus les dépôts sont fréquents et plus la confiance est nourrie, plus l’esprit de créativité et de collaboration sont présents. En plus, si vous ou vos collaborateurs disposez d’une importante réserve relationnelle, celle-ci peut vous permettre d’outrepasser des difficultés de parcours sans amoindrir votre confiance en soi ou en l’autre. Mais s’il est possible de faire des dépôts, il est aussi possible d’effectuer des retraits. Si le manque de respect, les réactions "chaud-froid", la trahison, le mensonge, le manque de sécurité, ... sont plus fréquents que les marques positives, il va de soi que le compte peut être rapidement dans le rouge. Une relation riche en dépôts et en réserves se définit par l’aisance, un niveau de compréhension qui permet l’évolution, un respect et une complicité. Alors qu’une relation faite de retraits est pleine de silence et de non réponses, de non-dits, de tensions, de malaises ou du sentiment de devoir faire attention à tout ce que l’on dit ou fait. Quoiqu’il en soit, la vraie valeur des dépôts que vous pouvez réaliser chez les personnes e votre entourage, dépendra de la qualité de ceux que vous aurez effectué sur votre compte en banque personnel. Eh oui, l’équilibre se fait grâce aux deux plateaux de la balance. Vous pensez peut-être : “si je lui fais trop de versements positifs, il va se reposer sur ses lauriers...” Détrompez-vous ! De nombreuses expériences humaines ont prouvé l’inverse. Voici quelques conséquences positives - déjà observées :

- Plus d’émotions positives rallonge la vie de dix ans.
- Il faut dix interactions positives contre pour une interaction négative pour que cela nuise réellement à la productivité.
- Le rapport magique dans un milieu professionnel est de cinq interactions positives (dépôt ou renforcement positif) pour une interaction négative (retrait ou critique constructive). Faites le saut, expérimentez-le par vous-même et vous pourrez vous réjouir.
- Une personne fait l’expérience d’environ 1.000 interactions au cours d’une journée : un regard, un sourire, un bonjour, un mail, un croisement dans les couloirs, ...

Les possibilités sont donc multiples !