Votre enfant a mal au ventre, quand la cause est ailleurs...


Contrairement aux idées reçues, un mal de ventre ne révèle pas toujours une maladie abdominale. Une angine, une banale migraine peuvent aussi tracasser l’estomac des tout-petits. Explications.


Votre enfant se plaint de douleurs abdominales ? Ces dernières masquent peut être une affection dont le siège est bien loin de son ventre.

La faute aux ganglions

C’est notamment le cas lors d’une angine, d’une otite ou d’une infection broncho-pulmonaire : ces affections à répétition peuvent en effet provoquer des maux de ventre terribles. Il n’y a pas de maladie abdominale, c’est simplement une réaction du système immunitaire au niveau de l’abdomen. L’ensemble de l’organisme lutte alors contre le virus en produisant des ganglions dans les régions de la gorge, des aisselles, et même du vente. Et ce sont ces adénolymphites mésentériques qui provoquent la douleur. Il peut d’agir d’une angine qui, le plus souvent virale, ne nécessite pas d’antibiotiques, à cause du risque de rhumatisme articulaire aigu et surtout, de lésions cardiaques.
Il arrive que les infections bronchopulmonaires de la base du thorax provoquent également une souffrance de l’abdomen. Le diaphragme est en contact avec les poumons et le ventre ; il est soudain irrité et déclenche des douleurs.
Une fois l’infection terminée tout rentre dans l’ordre.

Sacré mal de tête

La migraine n’épargne pas les enfants. Soudain, votre tout petit s’isole, ne parle plus, se sent très fatigué, fuit la lumière et le bruit, vomit tout en disant qu’il a mal au ventre. La migraine provoque des douleurs abdominales plus importantes que les céphalées elle même. Si le médecin décèle une migraine il lui prescrira un médicament adapté à son age, comme le paracétamol ou l’aspirine pour les tout petits. A partir de 10 ans, il pourra administrer du gynergène caféiné, mais ce médicament est actuellement moins utilisé au profit des triptans, beaucoup plus efficaces.
Prescrit à partir de 12 ans, le sumatriptan à l’avantage supplémentaire d’être disponible en monodoses sous forme de pulvérisation nasale.

En savoir plus sur la santé de l’enfant et la santé bébé, c’est sur Titange