Mieux connaître le prêt viager hypothécaire



Principe du prêt viager hypothécaire

Le prêt viager hypothécaire est un crédit accordé aux personnes âgées contre l’hypothèque de son habitation. Le fond peut servir à rénover ou réparer le bien en question ou pour d’autres besoins nécessitant un fond conséquent. De nombreux séniors y ont par exemple recours pour s’assurer une retraite paisible avec une aide-soignante à domicile ou adapter leur habitation à leur état de santé et leur mobilité réduite. D’autre part, il n’est pas rare de voir des personnes âgées souscrire ce type de prêt pour s’acheter un véhicule. En tout cas, contrairement aux autres formules de prêt, l’emprunteur ne doit pas rembourser de mensualités. Le fond lui est versé au moment de la signature du contrat d’hypothèque (ou de manière échelonnée et périodique) et le remboursement ne se fait qu’à son décès. Évidemment, l’emprunteur ne peut ni démembrer ni mettre le bien hypothéqué en vente sauf s’il a préalablement remboursé la totalité du crédit. Si ce cas ne se présente pas, les héritiers de l’emprunteur ont deux choix au moment où celui-ci décède. Ils peuvent réunir et rembourser la somme due à la banque et garder le bien de leur parent ou laisser le bien hypothéqué à la banque pour que celle-ci le vende.

Autres informations sur le prêt viager hypothécaire

Le montant que l’emprunteur peut demander dépend de la valeur de son bien et celui-ci est estimé par un expert que les deux parties ont désigné ensemble. L’estimation sera revérifiée par un notaire dont la mission est de la comparer aux prix appliqués sur le marché de l’immobilier. Le montant du prêt dépend également du profil du demandeur en tenant compte de son âge, de son sexe et de son mode vie, en résumé de son espérance de vie. Plus celle-ci est longue, plus le montant est réduit. La valeur du bien doit toutefois être conservée par l’emprunteur sur le long terme. Il doit alors en prendre soin comme tout « bon père de famille ». Si ce n’est pas le cas, l’établissement prêteur peut exiger que le fond soit remboursé avant le décès de l’emprunteur. Ce dernier peut également visiter le bien à chaque fois qu’il en estime la nécessité. Au moment où le bien est remis à la banque (c’est-à-dire au décès de l’emprunteur), sa valeur est de nouveau estimée. Si celle-ci est inférieure au montant convenu lors de la signature du contrat, la banque couvre elle-même la différence. Par contre, si la valeur du bien a évolué, les héritiers de l’emprunteur bénéficient de l’excédent. Il faut également savoir que l’emprunteur peut rembourser son prêt de manière anticipée, mais les conditions de ce type de démarche sont clairement inscrites dans le contrat au moment de la signature. Il convient alors de bien lire cette clause avant de signer.