Assurance maladie : le remboursement des radios diminue



L’Assurance maladie limite la prise en charge de certaines radios

Alors qu’un quotidien a annoncé début février 2011 que les radios du crâne, de l’abdomen et du thorax n’allaient plus être remboursées par l’Assurance maladie, cette dernière a immédiatement démenti l’information. En réalité, il ne s’agit pas d’un déremboursement, mais plutôt d’une limitation de prise en charge. Cette décision a été prise par la Haute Autorité de Santé. Désormais, les prises en charge des radios des parties du corps citées plus haut seront revues à la baisse par la Caisse nationale d’assurance maladie. Cette baisse s’explique par le fait que les radios (donc la surexposition aux rayons X) ne sont plus systématiquement indispensables puisque d’autres techniques d’imagerie médicale les remplacent parfaitement dans certains cas. Il y a essentiellement l’échographie, l’IRM et le scanner. Avec la baisse des prises en charge, la Caisse nationale d’assurance maladie encourage les Médecins à prescrire les bonnes pratiques médicales. Les patients pourront ainsi profiter de la performance des autres techniques d’imagerie. Reste donc à savoir si les médecins privilégieront vraiment ces techniques anciennement délaissées. En effet, s’ils continuent à prescrire des radios comme ils le font actuellement, les patients devront payer de leur poche ou souscrire une mutuelle santé privée.

Détails de la limitation des remboursements de certaines radios par l’Assurance maladie

L’Assurance maladie a sorti la liste des radios de l’abdomen et du thorax non indispensables et donc non remboursées. L’acte est totalement à la charge du patient (ou de sa mutuelle santé) si les experts de l’Assurance maladie estiment qu’il est facultatif ou remplaçable par une autre méthode d’imagerie. Désormais, l’Assurance maladie ne rembourse ainsi plus les radios réalisées en cas d’infections des voies aériennes hautes (prescrites en générale en cas de bronchiolite, de douleurs thoraciques ou d’autres symptômes de ce type) La suppression des remboursements concerne également les radios réalisées pour une hypertension artérielle ou un examen systématique de suivi d’insuffisance cardiaque congestive chronique ou de cardiomyopathies. C’est aussi le cas des examens précédant un acte chirurgical ne concernant ni le cœur ni la cage thoracique sur un adulte de moins de 60 ans ne présentant aucune pathologie cardio-pulmonaire ou ayant ce type de pathologie, mais dans un état stable. Pour ce qui est des radios de l’abdomen, elles ne sont plus recommandées (donc ne sont plus remboursées) si elles sont réalisées pour une douleur abdominale, un saignement gastro-intestinal aigu, une pathologie vésiculaire, pancréatique ou biliaire, un syndrome occlusif, une hématémèse ou un mélaena.